La Femme en Corse

Pour en parler, un peu…

La Femme, bien vivante, autant que les hommes, depuis la même ère est très peu citée dans les récits historiques. De très beaux articles leur rendent hommage sur internet ou dans les livres. Hommage, car c’est en effet cela qu’elles méritent : tendres mères, vaillantes conjointes, courageuses citoyennes…

Les grands noms de Corse résonnent la plupart du temps au masculin. Mais n’oublions pas à que dans l’histoire, les femmes vécurent les guerres, les invasions et autres malversations elles aussi. Contraintes de rester au village pendant les transhumances ou les départs de leurs maris marins, ces dernières ont veillé au grain à la transmission d’une culture et d’une langue propre à l’île.

Le caractère pour légende…

On est bien loin d’une Corse machiste, d’une femme soumise et inférieure. En Corse, nombreuses sont les femmes qui ont marqué l’histoire : Madame Mère, Restitude, la Dame de Bonifacio en passant par Miss Campbell, Francine de Michel et tant d’autres. Résistante ou représentante, l’éclat de ces femmes dans l’histoire Corse mérite son petit bout de texte.

En 1755, la première Constitution Européenne de Pasquale Paoli accordait le droit de vote aux femmes : on est bien loin d’une emprise masculine !

Une nouvelle ère…

Le temps n’est plus à la guerre et aux invasions (quoique ?). Pourtant la place de la femme, de la mère, de la mariée, de la soeur est toujours prépondérante en Corse. Transmission de savoir, de traditions culinaires et artisanales, détentrices des secrets des plantes endémiques, de secrets contre le mauvais oeil… Une reine, une princesse pour certains, une héroïne pour d’autres, les nouvelles générations changeront-elles la donne ?

A découvrir : les créatrices, les viticultrices emblématiques, rieuses, identitaires, agricultrices, passionnées, imaginatives

M. Saint-Sulpice.

Laisser un commentaire

Fermer le menu