Maquis Corse : ce qu’il faut retenir.

Les articles sur le maquis Corse ne manquent pas. Voici une petite sélection de quatre choses à retenir sur le maquis Corse…

1- le terme « maquis » n’est pas propre à la Corse

Emprunté à l’italien « macchia », le maquis tire son nom du latin « macula » qui désigne la tache : référence faite aux taches de couleurs que l’on peut observer dans le maquis. Il est à la Corse et à ses terrains siliceux ce que la garrigue est à la Provence et ses terrains calcaires. Le maquis est avant tout un paysage méditerranéen.

Cependant, le caractère endémique et parfois rare de certaines espèces végétales du maquis Corse a rendu son sens à ce terme générique qui fait aujourd’hui partie intégrante du vocabulaire descriptif de l’île de beauté.

2- dans le maquis on trouve de quoi : se nourrir, se faire belle –ou beau– et entretenir sa maison

Le myrte est connu et reconnu pour sa fameuse liqueur : une douceur à découvrir avec un peu de brocciu frais. On lui connaît aussi des vertues tonifiantes et assainissantes pour la peau.

L’immortelle de Corse, dont on a démontré depuis longtemps les bienfaits sur la peau, est également appelé « Curry Corse » : en cuisine, celle qui ne fane jamais, apporte des saveurs exceptionnelles aux plats.

Le millepertuis – « mille trous » – est régulièrement utilisé pour apaiser les coups de soleil, aider à lutter contre les rhumatismes, etc.

L’arbouse se retrouve régulièrement en confiture et pour notre plus grand plaisir !

Le chêne-liège sert, entre autres, à la fabrication des bouchons d’une douce boisson qu’on adore. L’huile essentielle de lentisque aidera ceux souffrant de pathologies liées à la circulation veineuse. Les fruits du « laniu » serviront à purger nos intestins et la lavande servira, entre autres, à purifier nos intérieurs, etc.

3- le maquis est fleuri toute l’année

Les variétés qui le composent ont des périodes de floraison très variables : les cistes roses et blancs en mai, l’immortelle en juin, le myrte en juillet, suivi de près par les lentisques, l’arbousier en automne… Quelle que soit la période, vous pourrez profiter des odeurs du maquis !

4- dans l’histoire de la Corse, le maquis joue un rôle très important

C’est ici que se sont réfugiés successivement les populations durant les razzias, les guerres, les vendettas… Se perdre dans le maquis est beaucoup plus évident que s’y retrouver ! Avis aux aventureux, retenez l’adage :

A machja, ochji ùn hà ma ochji teni ”

(Le maquis ne possède pas d’yeux, mais il voit tout).

Mégane Saint-Sulpice.

Laisser un commentaire

Fermer le menu