Passage à 2022

Passage à 2022.

Il est temps d’une rétrospective. Une rétrospective sur ces quelques années passées. Sur un lancement prometteur puis un contexte difficile. Comme pour beaucoup en 2021, les projets, les rêves, les ambitions se sont vus être bousculés. Il a fallu creuser en soi, comprendre, analyser, s’observer…

Naissance d’un projet.

2018, fraîchement diplômée, je faisais le choix de créer des Balades & Randonnées Dégustations pour promouvoir la Corse et ses saveurs. Des balades simples, accessibles associées à de vrais moments de partage, de transmission autour du vin et de la gastronomie insulaire.

Croire en soi.

Deux années plus tard et une pandémie. Des projections difficiles, un besoin de nouveauté. L’ambition première du projet est revue. Puis finalement, on se demande pourquoi, pour qui, comment, qui on est. Alors on laisse ça sous un coussin, un oreiller, une page fermée. Résolument.

Redémarrer.

Et puis viens 2022. Un passage sans résolution mais avec des abandons, des retours à l’essentiel. Le choix du non choix et surtout celui de la simplicité. Parce que Ven’Esse, dans le fond c’est clair comme de l’eau : c’est un endroit où je parle nature, mer et montagnes. Sport et bien-être. Où je me réalise, simplement.

transition, corse, france
nouveauté, balade, blog

Ven’Esse, la suite.

Simplement. Un site qui se veut à la fois blog et vitrine. Une vitrine de mon activité de « coach » ou plutôt de mon activité d’accompagnatrice en plein air. Un blog qui relate mes découvertes, les sentiers empruntés, les pays visités et tout ce qui m’inspire. Ven’Esse se traduit par « venir » et « être » : une tendre façon d’annoncer sa volonté d’être soi, pleinement. De se reconnecter à ce qu’on aime : à ce que j’aime vraiment.

Ce que j’aime.

La nature nous offre. Chaque jour. De l’air, des couleurs, des odeurs, de la beauté. Partout. J’ai choisis des activités liées à la nature comme la marche à pieds pour me reconnecter autant de fois que je le peux à ce qu’elle me donne. Et puis quoi de mieux que de se perdre pour se retrouver ?

Mégane Saint-Sulpice